Made with MacOS - Apple

Le Point : page 2/3


L'acharnement médiatique contre Apple


Voici également deux autres réponses représentatives à l'article du Point :

  Réponse adressée à Olivier Bruzek (reprend point par point l'article, sous un éclairage différent du mien),

  Réponse adressée au directeur du Point (cette dernière résumant parfaitement ce que je pense).


Enfin voici la lettre de Thomas LOT, directeur général d'Apple France, à ses revendeurs.



Réponse adressée à Olivier Bruzek

Bonjour,

Le Point est-il mal en point justement pour que ses articles d'Economie versent dans le sensationnel, l'ultra tendancieux et le carrément n'importe quoi ?

Votre article d'Apple, s'il contient quelques vérités - personne ne niera que le constructeur n'est pas au mieux de sa forme - est complètement biaisé et, pire, bâclé.

A aucun moment vous n'expliquez que les Power Mac avec leur PowerPC sont tous plus rapides que les Pentium, même le Pentium II MMX s'essouffle derrière les derniers PowerPC. Et cela va continuer avec les Power Mac G3 présentés lundi prochain.

Aucun portable PC ne tourne aussi vite que le PowerBook 3400/240, et son successeur, qui sera présenté le 10 Novembre va 2 fois plus vite ! Pour un prix moindre à celui d'un bon Thinkpad d'IBM.

A aucun moment vous ne dites que Mac OS 8 se vend *extrêmement bien*. Plus de 2 millions d'unités vendues au dernier recensement le mois dernier. Ce qui fait le bonheur de Claris, filiale à 100% d'Apple.

Jamais vous n'indiquez que le Mac est majoritaire dans les écoles US.

Jamais vous ne parlez de l'apport de NeXT, qui a emmené chez Apple des clients aussi insignifiants que France Telecom, le Club Med, Dell, Visa, La Poste américaine...

Mais surtout, jamais vous ne parlez de Rhapsody, le concurrent direct de Windows NT qui vient d'être distribué aux développeurs et dont la première version "public" sera proposée vers janvier/février 98.
Ce système est excellent, moderne et puissant. Tout l'héritage de NeXT avec les technologies et la convivialité Apple en sus. Mieux, il tournera sur Mac, PC et PC avec Windows.
Un programme développé avec Rhapsody peut s'adresser à 99% du marché sans aucune réécriture !

Jamais vous ne dites qu'un Mac a toujours l'avantage de convivialité, même avec Win95 en face. Que sur PC le Plug & Play est encore un objectif, que c'est une réalité depuis des années sur Mac.

Apple Expo a fait 121 000 entrées en septembre, contre 120 000 en 96. C'est le premier salon informatique français. 121 000 kamikazes ?

Bien sûr, il est plus facile de balancer des chiffres alarmistes que d'entrer dans les détails, il fallait sûrement faire simple pour cet article.

Par contre, vous écrivez :

>
Plus que jamais, le constructeur se cherche. Et ça se voit : les résultats financiers sont catastrophiques. En 1995, le chiffre d'affaires était de 66 milliards de francs. Il est tombé à 59 milliards en 1996 et on attend 42 milliards cette année

Apple essuie des pertes, ok, mais 66 milliards de F de chiffres d'affaire pour une boite dont on annonce la mort tous les jours depuis 20 ans c'est encore pas mal.
Juste par curiosité, quel est le CA de Renault et quelle est sa part de marché au niveau mondial ?
Renault est-il fichu ?

>
« On marchait sur la tête, explique Thomas Lot, le nouveau directeur général d'Apple France [le troisième en un peu plus d'un an]:

Le troisième mais lui vient de Compaq, alors qu'on s'attendrait plutôt à voir les responsables faire le chemin inverse.

>
Ce lundi 10 novembre, Steve Jobs compte en tout cas faire de nouvelles annonces allant dans ce sens. Peu de choses ont filtré sur ce qui se prépare. Outre la nouvelle gamme de Macintosh, il devrait annoncer la sortie imminente d'un terminal Internet grand public à brancher sur un téléviseur. Mais on se bouscule déjà sur ce créneau.

Un terminal Internet ?!!! :-D
Ok, personne ne sait précisément quelle va être le contenu de la conférence du 10 novembre. Mais où diable êtes-vous allés piocher cette idée de terminal Internet ?

Tout ce qui a filtré sur les annonces produits, outre les Power Mac G3, concerne des Network Computer à base de clients Power Mac, bon marché, connectés en réseau sur de gros serveurs sous Rhapsody.

Apple a paraît-il déposé en juillet quelques brevets sur des technologies pour administrer de pareils environnements, donnant corps à la rumeur sur l'arrivée de telles machines.

Cela n'a strictement rien à voir avec un "terminal Internet". L'auteur de l'article s'est-il une seconde renseigné sur ce qu'était, concrètement, un Network Computer ?!!!!
Demandez à un confrère dans la presse informatique de vous aider la prochaine fois.

>
Apple confirme aussi qu'une alliance majeure sera dévoilée à cette occasion. Plusieurs analystes parlent de Sun.

Tout le monde parle surtout de gros accords avec Oracle. Sun c'était l'an dernier ça...

Par contre on parle d'accords entre IBM et Sun vis à vis d'Apple, de son système Rhapsody et de la machine Java qu'il contiendra. Mais c'est autre chose.

>
Aujourd'hui encore plus qu'hier, les CD-ROM sont d'abord compatibles PC, et accessoirement Mac. Idem pour les périphériques. Qu'il s'agisse d'agendas électroniques, de scanners couleur ou d'imprimantes plus ou moins haut de gamme.

Mon imprimante est une HP, mon moniteur un Sony, j'ai un graveur Yamaha, un lecteur Zip de Iomega, un disque dur externe SCSI Quantum (donc Mac et PC).
Où voyez-vous une pénurie de périphériques pour Mac ? Renseignez-vous que diable !!!

Rien ne vous empêche non plus de brancher votre Psion ou votre Palm Pilot sur un Mac.

>
dans le secteur de l'édition, les deux logiciels phares de mise en page (XPress et PageMaker) sortaient systématiquement sous Mac d'abord, et ultérieurement en version PC. Désormais, les éditeurs proposent leurs logiciels simultanément en Mac et PC. Tout un symbole.

Le symbole sera surtout lorsque les Mac quitteront les tables des maquettistes et des graphistes, ce n'est pas encore le cas. Adobe a même vu son chiffre de vente de produits Mac rebondir le mois dernier.

>
Le dernier pari risqué pour Apple est le emate 300. ... Pour l'instant, son succès reste très limité.

Ah ! Là vous m'intéressez, car Apple pour l'instant ne communique pas ses chiffres des ventes. Vous devez avoir de bonnes sources pour avancer une telle affirmation.
L'eMate est annoncé pour le premier semestre 98 en France, ça prouve bien qu'il ne doit pas du tout se vendre aux US...

Le problème de ce papier c'est qu'il ne donne qu'un seul éclairage sur Apple.
Forcément, le plus racoleur, méthode Voici.
C'est plus simple à écrire évidemment qu'un article de fond.

Ce qui est énervant c'est que si un jour Apple devait se casser la gueule pour de bon, vous seriez alors les premiers à crier au loup devant la menace que présenterait le tout puissant Microsoft, et regretter qu'Apple, que vous aurez méticuleusement plombé ne soit plus là.

Et puis publier ça alors qu'Apple va faire de grosses annonces, deux jours après, dont certaines seront peut-être de très grosse magnitude, c'est du n'importe quoi.

Vous n'avez même pas l'excuse de ne pas être au courant, cela fait des semaines que la date du 10 est gravée dans le marbre.

F.I, le 8 nov 97

haut de page


Réponse adressée au directeur du Point

Monsieur,

Abonné depuis plus de 10 ans au « Point », c'est non sans une certaine tristesse que j'ai lu, sous la signature d'un certain Olivier BRUZEK, un article de pure désinformation intitulé « L'agonie d'APPLE ».

De la demi-vérité au mensonge éhonté en passant par l'oubli « malencontreux », j'ai retrouvé tous les classiques des techniques de propagande. Une OPA de Goebbels sur Le Point ?

Je ne chercherai pas à rétablir la vérité (ou, du moins, une information un peu plus équitable) : d'autres s'en seront chargé.

Tout au plus, j'aimerais savoir, dans la phrase "« Ça sent le sapin » affirme un bon connaisseur du secteur", qui est ce mystérieux et anonyme « bon connaisseur du secteur ».
Feriez-vous allusion aux « milieux autorisés » chers à Coluche ? Ou aux quelques cuistres, qui mois après mois, ont passé l'année 1996 à seriner « Apple coule le mois prochain » sans jamais se sentir concerné par la non-réalisation de leurs prédictions des mois précédents.

Le véritable problème qui se pose à moi est le suivant : « Si, quand j'ai les informations permettant de vérifier, je constate que « Le Point » me ment, comment lui faire confiance quand je ne puis pas vérifier ».
En d'autres termes, j'ai la désagréable impression que votre plume est bien plus serve (1) qu'il n'est raisonnable.
Dès lors, est-il bien raisonnable de poursuivre ou de renouveler mon abonnement ?

D'autre part, le choix de la date de parution de cet article est loin d'être anodin : juste avant la sortie de trois nouveaux modèles, rendant obsolètes toute la production Intel.
Comme si « On » craignait les comparaisons. Mais peut-être ne savez vous pas pourquoi « On » a décidé de faire paraître cet article, alors que d'habitude, votre journal ne parle jamais d'Apple (si ce n'est quelques lignes, de loin en loin, dans votre Bantoustan « Internet »).

Voici quelques éléments de nature à vous éclairer :

  • de nombreuses personnes et institutions ont un intérêt financier direct à ce que le Macintosh n'existe pas, n'ait jamais existé, ne constitue en aucun cas une alternative aux produits Microsoft sur plate-forme Intel :
  • - Dans les entreprises, le bon déroulement du plan de carrière d'un directeur informatique nécessite la présence d'équipes nombreuses, affairées, et jugées indispensables - quoique coûteuses - par sa direction générale. Les membres de ces équipes ont les mêmes intérêts. Dès lors, bien peu d'entre eux résisteront à la tentation de déconseiller ou d'interdire une machine qui les rend largement inutile, et qui ferait par trop baisser le coût de possession du parc informatique. L'interdiction permettant d'éviter toute comparaison...

    - Dans la (grande) distribution (2), vendre un Apple, c'est vendre un Apple et quelques logiciels.
    Point. Et pour plusieurs années.
    Vendre un Microsoft, c'est la garantie de vendre dans l'année un nombre impressionnant de modes d'emplois, de cartes additionnelles et autres accessoires, manquant à la machine depuis le début (j'ai lu quelque part que Microsoft faisait 20% de son C.A. avec son activité « librairie » - ou « de l'exploitation rationnelle de la complication des logiciels et de la jobardise des acheteurs »).
    C'est aussi la garantie de revendre un nouveau modèle dans les 2 ans, le « vieux » étant devenu « ringard » par obsolescence programmée...
    Dans ce cadre, la technique habituelle n'est pas l'interdiction (encore qu'un bon vendeur...), mais le sabotage.
    Cela va de l'écran « tout en gris » (FNAC Montparnasse, la semaine dernière) aux coups de barre de fer dans la face avant (AUCHAN Plaisir, début 96).

    - Et enfin, j'ai cru comprendre (3) que certains journalistes, déçus de ce qu'Apple ne les équipaient plus gratuitement, avaient décidé de régler des comptes personnels.
    Inutile de chercher, à ce stade, un quelconque « complot ».
    Il n'y a, à mon avis, qu'une simple convergence de carriérisme et d'arrivisme individuel, renforcée par tous les « moutons de Panurge » dont déborde notre société.

    Mais il existe d'autres enjeux :

  • S'il faut parler d'agonie, c'est, malgré les apparences, à la combinaison Intel / Microsoft que le terme s'applique le mieux :
  • - la famille de processeurs d'Intel est, avec le Pentium II, en situation d'acharnement thérapeutique : de plus en plus de transistors (il n'est même plus possible de les faire tenir sur une seule puce, et Intel a du en revenir à la technologie du « processeur sur carte imprimée » des années 60), produisant de plus en plus de calories, pour une amélioration de la puissance de calcul de plus en plus marginale, et un coût de fabrication de plus en plus élevé,

    - à l'opposé, l'architecture utilisée par IBM et Motorola pour le Macintosh leur donne une marge de développement considérable, pour un faible coût de revient : le portable Powerbook G3 le plus rapide, muni d'un logiciel d'« émulation » (permettant de « faire tourner » les logiciels pour Microsoft-PC), serait aussi rapide qu'un authentique Microsoft portable (versions les plus rapides actuellement en vente)...

    - le nouveau processeur INTEL (« MERCED », qui, actuellement, n'existe pas : on en parle pour 1999, c'est à dire vers la fin de l'an 2000 avec les corrections de date standard Microsoft ; une éternité, en micro-informatique...), sera totalement incompatible (4) avec toutes les machines et tous les logiciels Microsoft actuels, si ce n'est Windows NT :
    Microsoft et Intel seront, à son introduction, dans une position totalement instable, la notion de « base installée » disparaissant ipso facto. A charge pour les spécialistes du marketing et de la pub de faire croire le contraire aux gogos : vous aurez encore des articles à faire paraître...

    - Par contre, il n'est pas permis de « tuer » Apple, la réaction de l'administration judiciaire américaine étant parfaitement prévisible. Steve Jobs, le patron d'Apple, le sait fort bien.
    Il en use et en abuse, et peut se le permettre. Et cela énerve... « Je vais dormir tranquille, car mon pire ennemi veille sur moi » (in Le Bon, la Brute, et le Truand)...

    Bill Gates et ses acolytes sont donc confrontés à la nécessité de faire passer des messages contradictoires simultanément :

  • vis à vis du « cheptel », il ne doit pas y avoir d'alternative : « Que ça vous plaise ou non, vous achèterez mes nouveaux logiciels, à la date et au prix que j'aurai décidé, avec leurs bogues, leurs virus, et les possibilité de vous espionner, car il n'y a rien d'autre depuis que je vous ai interdit d'acheter les anciens »,
  • vis à vis des juges américains, Apple reste une alternative, et doit le rester à n'importe quel prix.
  • Loin d'être témoin dans cette affaire, vous en êtes des acteurs : le message « Apple n'existe pas » que vous transmettez.à votre propre « cheptel » fait intégralement partie de cette manipulation. Du moins, j'espère que vous en êtes conscient.

    C'est dommage... Je regretterai le ton du « Point ». Mais c'est de l'information que je recherche dans un magazine, voyez-vous... Et je n'aime pas non plus faire partie d'un « cheptel ».

    Vous souhaitant bonne réception, et espérant, malgré tout, pouvoir reconsidérer ma décision, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

    JP.D, le 11 nov 97

    1: D'autant que j'ai bien peur que ce ne soit pas la première fois : je me souviens d'un article sur les sectes faisant l'impasse sur un certain nombre de faits (documentation insuffisante ?), utilisant un vocabulaire ressemblant aux « novlangues » sectaires, et dont le fond, par delà une condamnation de surface, ressemblait désagréablement à un « venez donc chez nous vérifier par vous même ». Mais il se trouve que, dans ce domaine, mes moyens de vérifications sont plutôt limités.
    Au fait, on a dit que les bénéfices d'une bibliographie de Bill Gates, « autorisée » par ce dernier, était allés à la secte des scientologistes. Y aurait-il un lien entre les deux articles ?

    2: Terme inventé pour faire disparaître le client, en tant qu'individu, des préoccupations du commerçant.

    3: En l'absence d'informations, je me contente de bruits. Une attitude qui n'est légitime que parce que je ne suis pas journaliste...

    4: Les raisons qui font qu'Apple a pu changer de processeur sans encombre, et que Microsoft ne pourra pas en faire autant remontent à 1983, lors de la création de leurs systèmes d'exploitation respectifs. Elles sont donc profondément enkystées dans ces systèmes...

    haut de page


    Lettre de Thomas LOT

    Les Ulis, le 7 novembre 1997

    Cher Revendeur,

    Vous avez peut-être lu ce matin l'article du Point. Un article pour le moins étonnant alors que nous vivons un regain de confiance pour Apple et que vos ventes redémarrent. Nous vous en remercions.

    Apple a toujours soulevé la passion des médias, et cet article à sensation est l'exemple même d'un parti pris. Il correspond peut-être à une nouvelle ligne éditoriale, voire commerciale du Point, mais certainement plus à notre actualité.

    Pour être en contact direct avec nos clients, vous connaissez déjà les faits marquants, signes de notre reprise :

    un nouveau board composé des plus grands ténors de l'industrie, des alliances majeures comme celle de Microsoft.

    Apple Expo : plus de 120 000 visiteurs (face à un IT Forum qui n'en fait que 70 000).

    Les nouveaux produits G3 révolutionnaires annoncés dès lundi 10 novembre. Mac OS 8 : 2 millions de copies vendues à ce jour : " Plus pratique, plus communicant, plus simple, le nouveau système d'exploitation d'Apple mérite d'être adopté" titrait le dernier numéro de L'Ordinateur Individuel (un titre PC !)

    Rhapsody : une première version confiée à la communauté des développeurs, déjà plébiscitée.

    Preuves du dynamisme actuel et de notre volonté d'aller de l'avant, nous avons également lancé ce trimestre des programmes concrets et ambitieux : Starway, le programme Alliance, Apple Finance ...

    A cela s'ajoute une campagne de publicité d'image, très audacieuse : "Think Different" que vous découvrirez d'ici quelques semaines.

    Je suis convaincu qu'un tel article ne peut que nous redonner plus de combativité pour bâtir ensemble un nouvel Apple. Je compte sur vous.

    Cordialement,

    Thomas LOT
    Directeur Général Apple France et AMME

    haut de page

    page precedente


    retour sommaire


    page d'accueil